augure

augure

1. augure [ ogyr ] n. m.
• 1355; lat. augur
1Dans l'Antiquité, Prêtre chargé d'observer certains signes (éclairs et tonnerre; vol, nourriture et chant d'oiseaux, etc.), afin d'en tirer des présages. aruspice, devin.
2Mod. Personne qui fait des conjectures, prétend prédire l'avenir. devin, prophète. Adj. AUGURAL, ALE, AUX , 1548 .
augure 2. augure [ ogyr ] n. m.
• 1160; lat. augurium
1Antiq. Observation et interprétation des signes par les augures. auspices. Prendre les augures.
2Présage tiré de cette observation. « Toute la nature Conspire à t'avertir par un sinistre augure » (Voltaire). Loc. cour. Être de bon, de mauvais augure : être un présage favorable, défavorable. « Le suintement rouge du ciel à l'horizon lui parut d'un si funèbre augure qu'il referma la croisée » (Barrès). Oiseau de bon, de mauvais augure : personne dont l'arrivée est d'un heureux ou d'un mauvais présage, ou qui annonce de bonnes, de mauvaises nouvelles.
3Littér. Accepter l'augure de : recevoir comme un signe ce qui va arriver. ⇒ prédiction, présage. « J'en accepte l'augure » (P. Corneille).

augure nom masculin (latin augur) Membre d'un collège sacerdotal romain chargé de la divination officielle et de l'interprétation de la volonté des dieux. (Les augures jouèrent un rôle important jusqu'à l'époque impériale.) Présage tiré par ces prêtres de l'observation et de l'interprétation de certains signes. Familier. Personnage important qui se croit en mesure de connaître et de prédire l'avenir, de faire des pronostics. ● augure (citations) nom masculin (latin augur) André Breton Tinchebray, Orne, 1896-Paris 1966 Errez, à vos côtés viendront se fixer les ailes de l'augure. Le Surréalisme et la Peinture Gallimard Pierre Corneille Rouen 1606-Paris 1684 J'en accepte l'augure et j'ose l'espérer. Cinna, V, 3, Auguste augure (difficultés) nom masculin (latin augur) Genre Masculin : de bon, de mauvais augure. ● augure (expressions) nom masculin (latin augur) (Être) de bon, de mauvais augure, présager une issue heureuse, malheureuse. J'en accepte l'augure, j'espère que ce que vous prévoyez se réalisera, se produira. Oiseau de mauvais augure, personne dont l'arrivée et les paroles annoncent toujours quelque chose de fâcheux. ● augure (synonymes) nom masculin (latin augur) Membre d'un collège sacerdotal romain chargé de la divination officielle...
Synonymes :
Présage tiré par ces prêtres de l'observation et de l'interprétation...
Synonymes :
- prédiction
- présage
Familier. Personnage important qui se croit en mesure de connaître et...
Synonymes :
- prophète

augure
n. m.
rI./r
d1./d ANTIQ ROM Devin qui tirait présage de certains signes.
d2./d Personne qui prétend prédire l'avenir.
rII./r
d1./d ANTIQ ROM Présage tiré par les augures.
d2./d Ce qui semble présager l'avenir. J'en accepte l'augure.
|| Loc. Oiseau de bon, de mauvais augure: personne qui annonce, par sa présence ou ses propos, de bonnes, de mauvaises nouvelles.

⇒AUGURE, subst. masc.
ANTIQ. ROMAINE
A.— Observation et interprétation des signes constituant les auspices :
1. La politique seule à Rome avait conservé quelques vieux usages, certaines superstitions d'auspices et d'augures, dont le sénat se servait pour contenir le peuple, pour suspendre ou dissoudre ses assemblées tumultueuses.
LAMENNAIS, Essai sur l'indifférence en matière de relig., t. 2, 1817-23, p. 370.
♦ Le signe lui-même. Synon. auspice.
Mod., p. ext. Idée que l'on se fait de l'avenir d'après certains signes. Synon. présage :
2. TURELURE. — Je n'ai rien à lui dire! Je ne veux pas le voir.
LUMIR. — J'en tire bon augure pour le succès de ma requête.
CLAUDEL, Le Pain dur, 1918, I, 3, p. 422.
♦ Surtout dans la loc. (être) de bon augure, de mauvais augure :
3. En quinze jours, le programme d'ensemble de la coopération américaine avait été mis sur pied, les plus graves résolutions avaient été prises : l'avant-garde de l'armée des États-Unis allait partir pour l'Europe. C'était d'un bon augure pour l'avenir.
JOFFRE, Mémoires, t. 2, 1931, p. 462.
Oiseau de bon, de mauvais augure. Personne dont l'arrivée laisse présager quelque chose d'heureux ou de fâcheux. Accepter l'augure d'une chose. Espérer que la chose prédite se réalisera :
4. ... la France demeurait liée à jamais au parlementarisme et à la démocratie; la nation et les principes qu'elle servait s'effondreraient ensemble, ils en acceptaient l'augure : dans le champ clos de l'Espagne, le jugement de Dieu avait été rendu et des milliers de cadavres abyssins attestaient sous les étoiles indifférentes le triomphe de la force.
MAURIAC, Le Cahier noir, 1943, p. 375.
B.— P. méton. Celui qui avait charge d'observer et d'interpréter les signes constituant les auspices et de conserver les règles de cet art. Synon. partiel de aruspice :
5. Ainsi Numa n'est à mes yeux qu'un méprisable jongleur, quand il feint d'avoir des entretiens secrets avec la nymphe Égérie, et quand, pour façonner les Romains à la servitude, il établit des pontifes, des augures et tous ces divers sacerdoces qui ont tenu le peuple de Rome dans la dépendance des grands, qui pendant long-tems pouvaient seuls être admis à ces fonctions.
DUPUIS, Abr. de l'Orig. de tous les cultes, 1796, p. 454.
6. Ces rois-prêtres étaient intronisés avec un cérémonial religieux. Le nouveau roi, conduit sur la cime du mont Capitolin, s'asseyait sur un siége de pierre, le visage tourné vers le midi. À sa gauche était assis un augure, la tête couverte de bandelettes sacrées et tenant à la main le bâton augural. Il figurait dans le ciel certaines lignes, prononçait une prière, et posant la main sur la tête du roi, il suppliait les dieux de marquer par un signe visible que ce chef leur était agréable.
FUSTEL DE COULANGES, La Cité antique, 1864, p. 222.
Rem. Du temps même des Romains, la charge d'augure était tournée en dérision, d'où le mot attribué à Caton (repris par Cicéron) ,,Deux augures ne peuvent se regarder sans rire`` :
7. À Rome, on consultait les entrailles des victimes, trois cents ans encore après que Cicéron avait dit que deux augures ne pouvaient déjà plus se regarder sans rire.
SAY, Traité d'écon. pol., 1832, p. 44.
Mod., p. anal., iron. Personne qui se prétend en mesure de prédire l'avenir et d'avancer des prévisions dans un domaine particulier :
8. ... on m'a raconté que celui-ci [Jaurès] a cherché à convertir Buisson au socialisme en faisant appel à son bon cœur et que ces deux augures eurent une discussion fort cocasse sur la manière de corriger les fautes de la société.
SOREL, Réflexions sur la violence, 1908, p. 242.
9. Tante Félicité parut un jour pour mesurer d'un œil furtif la ceinture de la jeune femme. On inféra de cette mine abattue que Noémi était grosse. Mais un secret colloque avec Cadette, — vieil augure qui présidait aux lessives — la rassura. Dès lors elle crut politique de se tenir à l'écart, ne voulant, disait-elle, feindre d'approuver par sa présence une union monstrueuse, manigancée par les prêtres.
MAURIAC, Le Baiser au lépreux, 1922, p. 172.
PRONONC. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[] ou [-]. PASSY 1914, DUB. et Pt Lar. 1968 indiquent la prononc. avec [o] fermé. PASSY note une durée mi-longue sur [o]. BARBEAU-RODHE 1930, Pt ROB. et WARN. 1968 donnent les deux possibilités de prononc. (BARBEAU-RODHE note comme PASSY une durée mi-longue dans le cas de [o]). Harrap's 1963 admet uniquement la prononc. avec [] ouvert. Pour [o] et [], cf. augmenter et aussi V. BUBEN 1935, p. 54, § 44. 2. Hist. :[o] fermé pour la 1re syll. ds LAND. 1834, FÉL. 1851, LITTRÉ et DG; FÉR. Crit. t. 1 1787 écrit augûre et signale que ,,Brébeuf, Rollin et l'ab. Guénée écrivent augur sans e [ce qui] est une mauvaise orthographe``.
ÉTYMOL. ET HIST.
I.— Ca 1150 Antiq. « présage, divination » (Thèbes, éd. L. Constans, I, 1890, v. 2038 : Amphiaras manda li reis, Un arcevesque mout corteis : Cil esteit maistre de lor lei, Del ciel saveit tot le secrei; [...] De toz oiseaus sot le latin, Soz ciel n'aveit meillor devin [...] Mais li reis forment le conjure Que veir li die de l'augure); 1160 fig. (WACE, Rou, éd. Andresen III, 10124 ds T.-L. : Henris iert reis hastivement, Se mis augures ne me ment).
II.— 1355 « prêtre dont la charge était d'observer le vol des oiseaux » (BERSUIRE, Tite-Live, ms. St Gen., f° 1 r° ds GDF. Compl. : Augur estoit celui prestre ou prophete qui la chose enqueroit).
I empr. au lat. augurium « présage » (dep. PLAUTE, Asin., 263 ds TLL s.v., 1373, 64); fig. « prévision » (CICÉRON, Tusc., 1, 33, ibid., 1375, 45). II empr. au lat. augur « prêtre chargé de faire des prédictions, en partic. d'apr. le vol des oiseaux » (CATON, Agr., 5, 4, ibid., 1366, 67). Le texte de 1213, Fets des Romains, 735, 8, cité par Flutre ds Romania, t. 65, p. 483 et avancé comme première attest. par certains dict., porte non augure mais augurreres, cas suj. de augureor « augureur ».
STAT. — Fréq. abs. littér. :449. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 911, b) 1 008; XXe s. : a) 409, b) 340.
BBG. — Bible 1912. — BOUILLET 1859. — Divin. 1964. — Foi t. 1 1968. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 454. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 90. — LACR. 1963. — LAVEDAN 1964. — LE ROUX 1752. — PERRAUD 1963.

1. augure [ogyʀ] n. m.
ÉTYM. 1355; lat. augur.
Didactique ou littéraire.
1 Antiq. Prêtre qui était chargé d'observer certains signes (éclairs, tonnerre, vol, nourriture et chant des oiseaux, etc.) afin d'en tirer des présages. Aruspice, 1. auspice, devin. || Les augures étaient regardés comme les interprètes de la volonté des dieux. || Collège des augures.
1 C'est une remarque digne des sages, que Cicéron, qui était du collège des augures, ait fait un livre exprès pour se moquer des augures.
Voltaire, Dict. philosophique, Augure.
2 Les anciens demandèrent-ils jamais à l'augure dans quelle contrée il avait reçu le jour, sur quel chêne reposait l'oiseau fatidique qui leur annonçait une victoire ou une défaite ?
G. T. Raynal, Hist. philosophique…, II, 26.
2.1 Et là, dans ce lieu véritablement sublime il examinait le vol des oiseaux qui passaient sur la mer, écoutant le vent, regardant le ciel, à la façon des anciens augures, non comme un présage de l'avenir, mais plutôt, à ce que j'ai compris, comme un ressouvenir du passé (…)
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 186.
Deux augures ne peuvent se regarder sans rire, sentence de Caton rapportée par Cicéron (De Divinatione, II, 24).
3 Ils se regardaient, avec une solennité vaniteuse, un peu ridicule, à la façon de deux augures, de deux initiés.
Martin du Gard, les Thibault, VII, 75.
2 Mod., littér. Personne qui fait des conjectures, prétend annoncer, prédire l'avenir. || Je ne suis pas augure, un bon augure. Devin, prophète. || Consulter les augures. || Prendre un ton d'augure (Académie).
DÉR. Augurat.
————————
2. augure [ogyʀ] n. m.
ÉTYM. V. 1150; lat. augurium.
1 Didact. (Antiq.). Observation et interprétation des signes par les prêtres qui en étaient chargés. 1. Augure, 2. auspice. || Prendre les augures.Présage tiré de cette observation. || L'augure est bon, favorable, heureux; défavorable, malheureux, mauvais, sinistre.
Quoi ! lorsqu'il faut régner, différer d'un moment !
Qui pourrait m'arrêter, moi ?
Dolabella
Toute la nature
Conspire à t'avertir par un sinistre augure.
Voltaire, la Mort de César, III, 5.
5 Allez, Catilina ne craint pas les augures (…)
Voltaire, Catilina, I, 3.
2 a Mod. (dans : bon, mauvais augure). Ce qui semble annoncer, présager, faire pressentir qqch., signe par lequel on juge de l'avenir. || Tirer un bon, un mauvais augure de qqch.Cour.De (bon…) augure. || Être de bon, de mauvais augure : être un présage favorable, défavorable.
5.1 (…) il fut étonné du sang répandu qu'il aperçut près de la porte, et il en prit un mauvais augure.
A. Galland, les Mille et une Nuits, t. III, p. 275.
b Vx ou littér. (dans d'autres emplois). || Augure favorable; augure sinistre, funèbre. || Tirer (un) bon augure de qqch. || Accepter l'augure de qqch. Présage.
6 (…) la postérité, dans toutes les provinces,
Donnera votre exemple aux plus généreux princes.
— J'en accepte l'augure, et j'ose l'espérer.
Corneille, Cinna, V, 3.
7 Mon cœur même en conçut un malheureux augure.
Racine, Britannicus, I, 1.
8 Tout pour notre départ montre une hâte extrême;
L'augure en est heureux, notre sort va changer (…)
La Fontaine, Appendice aux Fables, V.
9 Je tire bon augure de cette réponse (…)
Bossuet, Lettre sur l'affaire du quiétisme, 410.
10 Je ne tirai pas de cette aventure un augure favorable pour mon voyage.
A. R. Lesage, Gil Blas, I, 2.
11 Le suintement rouge du ciel à l'horizon lui parut d'un si funèbre augure qu'il referma la croisée, ouverte d'abord pour voir la campagne (…)
M. Barrès, la Colline inspirée, p. 70.
Loc. cour. Oiseau de bon, de mauvais augure : personne dont l'arrivée est d'un heureux ou d'un mauvais présage, ou qui annonce de bonnes, de mauvaises nouvelles.
12 Eh bien ! prenez la peine, mon cher seigneur, de chasser à l'instant cet oiseau de mauvais augure (…)
Favart, Soliman, II, 1.
HOM. Formes du v. augurer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Поможем написать реферат

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Augure — Augure, ou haruspice, dans la religion romaine est un présage à venir, de bonnes ou moins bonnes nouvelles dans le futur. C est un message envoyé par les dieux qui doit être élucidé afin de déterminer une conduite à tenir pour satisfaire la… …   Wikipédia en Français

  • augure — 1. (ô gu r ) s. m. Terme d antiquité. Celui dont la charge était, chez les Romains, de tirer des présages du vol et du chant des oiseaux. •   César est désigné souverain des augures, VOLT. Catil. I, 1. HISTORIQUE    XIVe s. •   Augur, auguremens… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • augure — AUGURE. s. mas. Présage, signe par lequel on juge de l avenir. En parlant Des anciens Romains, il se prend principalement pour le présage qu ils tiroient de l observation des oiseaux. Parmi nous, il se dit De tout ce qui semble présager, indiquer …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • augure — AUGURE. s. m. Presage tiré de l observation faite sur le vol & le chant des oiseaux. Bon augure. mauvais augure. augure sinistre, funeste. prendre à bon augure, à mauvais augure. oiseau de mauvais augure. Il se dit aussi, de toutes sortes de… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • augure — / augure/ s.m. [dal lat. augur ŭris, affine ad augēre accrescere ]. 1. (stor.) [interprete del volere degli dèi, che si manifestava per mezzo di vari segni] ▶◀ aruspice, auspice. 2. (estens., lett.) [chi prevede cose future] ▶◀ chiaroveggente,… …   Enciclopedia Italiana

  • auguré — auguré, ée (ô gu ré, rée) part. passé. Les événements augurés par une sorte de divination …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • áugure — s. m. 1. Adivinho. 2. Sacerdote romano que tirava presságios do voo e canto das aves.   ‣ Etimologia: latim augur, uris …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • augure — Augure, pour signe ou presage, Augurium …   Thresor de la langue françoyse

  • auguré — Auguré, [augur]ée. part …   Dictionnaire de l'Académie française

  • AUGURE — s. m. Présage, signe par lequel on juge de l avenir. Chez les anciens Romains, il se disait principalement Du présage qu on tirait de l observation des oiseaux. Parmi nous, il se dit de Tout ce qui semble présager, indiquer quelque chose que ce… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”